mercredi
25 Adar 5777
כ``ה אדר ה-תשע``ז
22 mars
 













 


Visite avec Michel Fugain à Jérusalem

 


Reportage David Mansour à Zikhon Yaakov pour i24 News

 


Reportage David Mansour - Fouilles archéologiques Jérusalem pour i24 News

 


Reportage David Mansour - Mont Sion Jérusalem pour i24 News

 


Reportage David Mansour à Césarée pour i24 News



 

Visite de la Forteresse de Massada avec guide privé.

LA FORTERESSE MASSADA
par David Mansour de Tiyoul-Tov



« Et les Romains virent la multitude des cadavres, mais ne purent y prendre plaisir, puisque la mort avait été administrée par leurs ennemis. Ils ne purent qu'admirer le courage de cette résolution, et ce dédain de la mort que leurs ennemis avaient manifesté en si grand nombre » Flavius Joseph.

Partons aujourd’hui à la découverte de l’un des sites les plus visité en Erets Israël chaque année par les touristes de toute confession, l’un des symboles de l’histoire juive, mais aussi l’un des lieux les plus riches sur le plan archéologique : La forteresse de Massada.

Surplombant la mer Morte, Matzada, forteresse en hébreu, est situé au sommet d'une falaise isolée, à l'extrémité occidentale du désert de Judée. Le site naturel, niché entre le désert, l’oasis d’Ein Guédi et la mer Morte, est d’une rare beauté.

A l'est, la falaise dévale en à pic sur près de 450 mètres vers la mer Morte (le point le plus bas du monde, à quelque 400 mètres au-dessous du niveau de la mer). A l'ouest, elle domine d'une centaine de mètres le terrain environnant. La topographie rend l'accès au sommet de l'escarpement quasiment imprenable.

Le sommet du plateau prend la forme d’un losange de 600m de long sur 300 mètres de large. De la célèbre forteresse, on devine encore des remparts d’une longueur totale de 1400 mètres, ponctués d’une trentaine de tours de garde, de 70 antichambres, et de 4 accès. La muraille est assez épaisse : 4 mètres d’épaisseur. Globalement, c’est un modèle du genre, le mur est édifié sur le rebord même du plateau, directement au dessus de l’à-pic, d’où une accessibilité rendue très difficile.

Le seul ouvrage relativement prolixe en ce qui concerne Massada est « La guerre des juifs » de Flavius Joseph. Né Joseph Ben Matityahou d’une lignée de Cohen, commandant de la Galilée au cours de la grande révolte contre les romains en 66, Il réussit pourtant a s'enfuir de Yodfat, se rendit à Vespasien, qui allait peu après être proclamé empereur. Se faisant appeler Flavius Joseph, il devint citoyen romain, historien de renom, et il relate en détails tous ces événements il est, aujourd’hui l’une des référence en la matière.

Selon Flavius Joseph donc, la forteresse est bâtie et nommée par Yonathan, le Grand Prêtre de la lignée des Hasmonéens mais c’est le roi Hérode entre, -37 et -31 qui la développe tel qu’on la connaît aujourd’hui, dans le but d’avoir un refuge en cas de guerre civile ou d’attaque égyptienne. Le lieu se doit d’être habitable et non juste une position militaire. Y sont alors aménagés des entrepôts, de vastes réservoirs de stockage de l’eau de pluie,


des casernes, une armurerie mais aussi à l’extrême nord du plateau un ensemble de bâtisses constituant le palais du roi et le centre administratif du royaume décentralisé là en cas de besoin. On y trouve des cantonnements assez confortables apparemment pour les officiers de marques et le personnel dirigeant de la forteresse.


C’est à cet endroit qu’est installé le centre thermal articulé autours d’une vaste cour desservie par de larges portiques. Les bains sont l’objet d’une attention décorative toute particulière : mosaïques, fresques. Ces bains sont aussi notoirement reconnus pour leur novation technologique : Le caldarium, chambre chaude, l’une des plus grande pièces du centre, bénéficiait d’un système de chauffage au sol permettant, même au cours des hivers frais de la région, de chauffer l’endroit à la température désirée. (la pièce était en fait « déposée » sur une rangée de piliers, laissant la place à un ingénieux système de canalisations dans lesquelles circulait l’eau chaude ou la vapeur.)

Quant au palais, il était l’édifice le plus vaste de tout le plateau, couvrant près de 4000m² sur la côte ouest de la falaise. Il s’agit en fait d’une immense villa orientée sur le désert, séparée par une muraille du reste de la forteresse, et offrant une vue splendide sur les paysages de Judée. Un bastion dans le bastion, avec tout le confort et l’intimité nécessaires à un éventuel séjour prolongé.

Le palais s’élève sur trois niveaux assez luxueux, reliés par un escalier étroit taillé à même le roc. La terrasse supérieure abritait les différents appartements, ornés de mosaïques remarquables, et bénéficiant d’un grand balcon semi-circulaire bordé de deux rangées concentriques de colonnes.

Près du palais fut érigée la synagogue, une pièce unique de 12m sur 10, orientée vers Jérusalem. Elle revêt une importance particulière parce qu’elle servit aux habitants du plateau pendant la Grande Révolte. Ils y installèrent 4 rangées de bancs en plâtre, le long des murs, donnant à la synagogue, une organisation très représentative - c’en est l’un des meilleurs exemples - des synagogues antérieures à la destruction du Temple de Jérusalem en l’an 70.


Les nombreuses fouilles archéologiques qui furent menées à Massada ne mirent pas en valeur que les bâtisses et la structure organisationnelle de la forteresse, mais aussi une foultitude de petits objets qui vinrent compléter les théories des historiens quant à la vie quotidienne sur le plateau.

Parmi les nombreux petits objets retrouvés- la plupart datant de l'époque des zélotes - figurent des ustensiles de poterie et des récipients de pierre, des armes (surtout des pointes de flèche), des restes de tissu et de nourriture préservés de manière assez exceptionnelle par la sécheresse du climat, des centaines de tessons de poteries, parfois avec des inscriptions en lettres hébraïques, des pièces de bronze et des sicles d'argent.

Quantité de pièces de bronze et des dizaines de sicles et demi sicles d'argent avaient été cachés par les zélotes. Les sicles, découverts en excellent état de conservation, datent des années de la révolte, depuis l'an 1 jusqu'aux très rares exemplaires frappés l'année où le Temple fut détruit.

Devant le palais ouest, onze petits ostracées ont été découverts, portant chacun un nom unique. Sur l'un d'entre eux, on peut lire "Ben Yaïr", sûrement l’abrégé de Eléazar ben Yaïr, le commandant de la forteresse. On pense aujourd’hui que les autres dix noms étaient ceux des hommes tirés au sort pour tuer les autres habitants de Massada puis se suicider, ainsi que le relate Flavius Joseph.

Les traces d'un énorme incendie sont omniprésentes. Le feu fut probablement provoqué par les derniers des zélotes avant leur suicide. Flavius Joseph note que les entrepôts ont sciemment été préservés du feu, et les réserves de nourriture mises en évidence, afin d’exclure dans l’esprit des romains une éventuelle pénurie dans les motivations du suicide collectif.

Nous sommes en 66, soit 70 ans après la mort d’Hérode, en pleine révolte contre les romains. Massada est un avant poste occupée par une garnison romaine, laquelle est défaite par la rébellion juive. Quelques années plus tard, Jérusalem est conquise et le temple détruit, des zélotes viennent alors se réfugier vers l’un des derniers bastions juif. Ils n’abandonnent pas leur cause pour autant, Massada est une forteresse sécurisante, et ils se livrent à des raids réguliers sur des positions romaines. Cette politique est couronnée de succès…trop, Massada dérange et perturbe la suprématie romaine. Cette période dure tout de même deux ans.

En 73, Flavius Silva, gouverneur romain de Judée, est sommé de mettre fin à cette « insulte ». Il y dépêche la dixième légion de l’armée romaine, ainsi que des unités auxiliaires et de génie civil. Ils dressent tout autours du plateau de vastes camps que l'on peut apercevoir jusqu'à aujourd'hui.


creusent des retranchements, et mettent la forteresse en état de siège total. Mais ses habitants sont organisés et la structure même du plateau est pensée pour tenir un siège. Après un an de relatif statu quo, Flavius décide de modifier sa stratégie d’attaque. Il amasse terre et pierres en quantité pour former un rempart sur le flanc ouest du plateau, rempart si haut, qu’il permet en 74 d’y faire gravir un bélier mobile qui permettra d’effectuer une première brèche dans la muraille.

C’est encore une fois Flavius Joseph qui relate dans son livre le récit des évènements qui se déroulèrent au sein de la population juive de la forteresse, qui lui on été rapporté par deux survivantes de la forteresse, cachées dans une citerne avec 5 enfants et qui on échapper aux suicide collectif dirigés par Eléazar Ben Yaïr, les défenseurs au nombre de 960 comprenant hommes, femmes et enfants décidèrent de brûler la forteresse et de se suicider plutôt que d'être pris vivant :

« Ce châtiment que nous exercerons sur nous-mêmes sera beaucoup moindre que celui que nous méritons, parce que nous mourrons avec la consolation d'avoir garanti nos femmes de la perte de leur honneur, nos enfants de celle de leur liberté, et nous être, malgré notre mauvaise fortune, donné une sépulture honorable en nous ensevelissant sous les ruines de notre patrie plutôt que de nous exposer a souffrir une honteuse captivité » Eléazar Ben Yair.

Ce récit héroïque attira dans le désert de Judée de nombreux explorateurs cherchant à localiser les vestiges de la forteresse. Le site fut identifié dès 1842, mais des fouilles d'envergure ne furent organisées qu'en 1963-65, avec l'aide enthousiaste de centaines de volontaires d'Israël et de nombreux pays étrangers, désireux de participer à cette passionnante aventure archéologique. Pour eux comme pour le public israélien, Massada symbolise la volonté du peuple juif de vivre libre sur sa propre terre.

Deux mille ans se sont écoulés depuis que Massada est tombée. Le climat de la région et son isolement ont contribué à garder le site dans un extraordinaire état de conservation. Mais le site se devait de s’équiper d’une infrastructure répondant à cette demande touristique, un musée a été construit sur le plateau même, présentant les nombreux objets plurimillénaires trouvés sur le site, et diffusant des reconstitutions vidéos de la vie dans la forteresse.


Je vous invite vivement à venir découvrir par vous même les richesses archéologiques de Massada, deux possibilités s'offres à vous pour conquérir la forteresse, le chemin serpenter d'époque ou bien le nouveau téléphérique qui vous hissera au sommet de la falaise où s'élevait la dernière forteresse juive à avoir voulu résisté avec héroïsme a l'empire Romain.

 

David Mansour votre guide privé à Massada et en Israël vous organise des journées inoubliables et personnalisées pour tous vos événements! Pour familles, groupes, communautés et individuels en V.I.P

David Mansour : 00972-52-43-34-254 ou david.mansour@gmail.com

-Idée de parcours pour une visite à Massada avec David Mansour:

Visite du sud :Ballade et baignade dans le parc des chutes paradisiaques d'Ein Gedi, visite de la synagogue antique d'Ein Gedi, la Forteresse de Massada, la station des piscine thermales, les grottes des manuscrits de la Mer Morte a Qumran, baignade a la Mer Morte...

Cliquez ici et contactez-nous pour un devis

Alors à bientôt en Israël!

En conséquence et en application des dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle, et notamment des articles L. 122-4 et suivants, il est interdit de reproduire, copier, modifier, transmettre, diffuser, même partiellement, sur tout type de support existant ou à venir, l’un quelconque des éléments figurant sur le site, sans le consentement préalable et écrit de David Mansour

 


© Conception & Realisation 5766-5777 Meyer Benayoun