mardi
3 Kislev 5778
ג כסלו ה-תשע``ח
21 novembre
 













 


Visite pour Michel Fugain à Jérusalem avec David Mansour

 


Reportage David Mansour - Manuscrits Mer Morte pour France 2

 


Reportage David Mansour à Zikhon Yaakov pour i24 News

 


Reportage David Mansour - Fouilles archéologiques Jérusalem pour Torah-Box

 


Reportage David Mansour - Mont Sion Jérusalem pour i24 News

 


Reportage David Mansour à Césarée pour i24 News

 


Reportage David Mansour - Centre Davidson Jérusalem pour i24 News

 



 

Visite de Tiberiade avec guide touristique en Israël.

LA VILLE DE TIBERIADE
Par David Mansour de Tiyoul-Tov



Tibériade est une des 4 villes saintes de la Terre d’Israël (avec Hebron, Tsfat et Jérusalem) situé sur la bordure ouest du lac Kinéret, le grand lac du nord qui tient son appellation du fait de sa forme de harpe, « Kinor » en Hébreu.

Son apparition remonte au début l’ère vulgaire, vers l’an 17, quand Hérode Antipas, fils du roi Hérode, décide de reconstruire une ville sur les ruines d’une ancienne cité détruite, et de la nommer Tibériade en l’honneur de l’empereur romain Tibère. La ville étant construite sur des ruines, les candidats à l’installation étaient fort peu nombreux. Nombre étaient ceux qui craignaient par exemple d’être confronté à l’impureté de vivre en lieu et place d’anciens cimetières. Flavius Joseph conte que le roi Hérode Antipas fut contraint d’user de toute sa force de persuasion pour faire naître un embryon de communauté, à grands renforts de dons de terre, d’outils, d’animaux etc.…

La ville connaît un véritable tournant au lendemain de la grande révolte contre les romains en 70. Révolte à laquelle elle s’était préparée en se fortifiant, mais ne prit pas part pour des raisons diverses. Du fait très justement de sa bonne situation au sortir d’une guerre qui vit la quasi destruction de toute les villes et infrastructures juives du pays, Tibériade devient rapidement le centre du judaïsme en Erets Israël et la seule ville à population exclusivement juive, le dernier endroit par ailleurs, ou reste en activité le Sanédhrine (La cour suprême rabbinique).


C’est une période de grande richesse pour la ville sur le plan spirituel : les plus grands Tannaim et Amoraïms (rédacteurs du talmud) de l’époque y résident et parmi eux Rabban Gamliel de Yavné, Rabbi Meir Baal Haness, Rabbi Akiva, Rabbi Chimone Ben Hananya, Rabbi Yoh’anan, Resh Lakish, Rav Ami, Rav Yossi et d’autres.


D’ailleurs, l’ensemble du Talmud Yéroushalmi, de Jérusalem, est en fait rédigé et clôturé à Tibériade. Ce recentrage sur cette ville est aussi le fruit de l’interdiction par les conquérants byzantins d’accéder à Jérusalem pour les juifs. Tibériade accède à un rang tel que les trois pèlerinages annuels que l’on doit effectuer traditionnellement à Jérusalem se feront désormais pendant toute cette période à Tibériade.


Durant 500 ans après que le fameux Rabbi Chimon Bar Yoh’ai codificateur du Zohar purifie la ville, le judaïsme en Israël se développera en grande partie autours de Tibériade. L’activité communautaire est assez riche, on dénombre pas moins de treize synagogues dont certaines ont été partiellement retrouvées durant les fouilles menées il y a quelques années.


Les restes plus matériels de cette époque sont nombreux, des fouilles archéologiques ont permis de mettre à jour de nombreux éléments datant de l’époque byzantine : des colonnes du Cardo, une salle de bain publique décorée de fresques en faïence mosaïquée dans un état exceptionnel, mais aussi des restes d'un théâtre et bien entendu de la muraille extérieure de la ville. Dans le sud de la ville, ce sont les restes de véritables centre très luxueux de thalasso romains, Tibériade représentant depuis toujours un attrait pour ses sources chaudes naturelles.


A l’époque des Croisées, la ville est officiellement intronisée capitale de la Galilée et connaît de nouveau un grand tournant. Elle devient une place forte stratégique dans l’accès à la Terre Sainte par le Nord. La ville en elle-même est agrandie vers le Nord et refortifiée, l’accès ne sera désormais plus possible que par bateau depuis le Kinéret.


En 1204, l’un des plus grands commentateurs et codificateurs de la Thora, Rabbi Moshé Bar Maimone, dit le Rambam, éminence mondiale aussi dans le domaine de la médecine et des sciences naturelles, quitte ce monde et est enterré à Tibériade au côté de son père, sa tombe est pèleriné jusqu'à aujourd'hui.


Au cours de la conquête des Mamlouks, la ville est détruite, et le restera pendant de longues années. La situation géopolitique de l’époque n’en fait pas une ville où il fait bon habiter, et les récits des voyageurs qui y transitent convergent vers l’idée d’une ville « désertique ».


Ce n’est qu’en 1564 qu’une juive, Dona Garcia, exilée du Portugal, s’implique dans la reconstruction de la ville en persuadant le sultan Sulaiman dit « le magnifique », de lui louer différents terrains. La ville reprend doucement forme, sa muraille si caractéristique est reconstruite.


Il faudra attendre 1740 pour que se réinstalle une véritable sommité rabbinique à Tibériade, sur invitation du gouverneur de Galilée Dehar El Omer. Il s’agit du grand Rabbin d’Izmir, le rav Haim Aboulafia. Sa tache est claire : faire revivre le judaïsme dans la ville. La machine est lancée : après le Rav Aboulafia, c’est son gendre Rabbi Yahakov Birev qui prend la relève, puis la ville bénéficie de l’arrivée dès 1777 de hassidim d’Europe de l’Est, dirigés par le Rav Mendel Movitbask.


Malheureusement, un tremblement de terre important survient en 1837. La ville est de nouveau très endommagée, 700 habitants périssent, et l’essentiel de la population émigre vers Jérusalem.


Les différentes immigrations durant le 19ème siècle voient Tibériade lentement se repeupler. L’essentiel de sa population est juive, et concentrée en premier lieu dans l’enceinte de la vieille ville, qui finit par devenir trop petite : sont alors construits de nouveaux quartiers extra muros tels que Ah’va en 1912, et Kyriat Shmouel en 1920.


A la veille de la guerre d’Indépendance et malgré une très forte inondation en 1934 durant laquelle périrent 35 personnes, Tibériade compte une population de 11 000 âmes, dont 7 000 juifs. Elle est la première ville conquise durant l’Indépendance, et malgré une existence paisible, la population Arabe quitte la ville. Ce sera la grande vague d’émigrations des années 50 qui fera se développer la ville pour prendre la forme qu’on lui connaît aujourd’hui.


Aujourd’hui, Tibériade est une destination touristique de première importance : l’on peut y pélériner les tombeaux de célèbres autorités rabbiniques et les hiloulot (cérémonie de départ de ce monde de sommités) sont des évènements nationaux qui rassemblent plusieurs dizaines de milliers de personnes chaque année.


La tradition thermale a perduré depuis l’antiquité et les centres de thalasso de Tibériade bénéficient d’une réputation au moins égale à ceux de la Mer Morte.


Le pourtour du Lac Kinéret est le cadre d’une industrie touristique développée en harmonie avec la nature flamboyante de la Galilée et les activités nautiques sont le passage obligé d’une journée de baignade sur l’une des nombreuses plages naturelles.


Mais l’on peut pousser l’aventure jusqu’à se laisser tenter par une descente en kayak le long de la réserve naturelle de Banyans, sur les sources du jourdain.

Tibériade est aujourd’hui la parfaite combinaison entre richesse historique, sainteté et détente. N’attendez plus et venez vite la découvrir. Je vous promets une journée mémorable, laissez-vous guider…

David Mansour votre guide touristique a Tiberiade et en Israël, vous organise des journées inoubliables et personnalisées tout au long de l'année pour tous vos événements en Israël, pour familles, groupes, communautés et individuels en V.I.P

David Mansour: 00972-52-43-34-254 ou david.mansour@tiyoul-tov.org

-Idée de parcours pour une visite à Tiberiade avec David Mansour:

La Galilée : Yardenit, la ville de Capharnaüm, visite de Tiberiade, Tabgha, de Pierre, Ginossar et Le musée de la barque a Ginossar, le Mont des Beatitudes, Balade en bateau sur le Lac de Tiberiade...

Cliquez ici et contactez-nous pour un devis

Alors à bientôt en Israël!

En conséquence et en application des dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle, et notamment des articles L. 122-4 et suivants, il est interdit de reproduire, copier, modifier, transmettre, diffuser, même partiellement, sur tout type de support existant ou à venir, l’un quelconque des éléments figurant sur le site, sans le consentement préalable et écrit de David Mansour

 


© Conception & Realisation 5766-5777 Meyer Benayoun